Les points forts et avantages de faire une formation de professeur de yoga en 4 semaines

professeur de yoga en 4 semaines

Une des questions les plus controversées autour des formations de professeur de yoga n’est pas particulièrement le nombre d’heures. Même s’il y a des critiques à propos du fait de pouvoir devenir professeur de yoga en 200 heures, il y a plus d’échanges sur le fait de les faire en un mois. Beaucoup d’écoles de yoga proposent des formations de professeur de yoga de 200 heures étalées sur 2 ou 3 ans, et il y a un nombre de plus en plus élevé d’écoles et de ashrams qui proposent des formations intensives de 200 heures en 4 semaines. En tant qu’institut de formation de professeur de yoga qui propose ce type de formations intensives en immersion, nous recevons un bon nombre de critiques, que ce soit par email ou sur les réseaux sociaux.

Nous nous rendons compte que beaucoup de personnes ne sont pas sûres qu’il soit possible (et que ce soit moralement réalisable) de devenir professeur de yoga en quatre semaines :

professeur de yoga en 4 semainesprofesseur de yoga en 4 semaines

Nous demandons toujours à nos étudiants au début de la formation de professeur de yoga de 200 heures s’ils pensent vraiment qu’ils peuvent devenir professeurs de yoga en un mois. Le groupe est habituellement divisé en deux parts égales, ceux qui pensent que c’est possible (la plupart parce qu’ils ont suivi des cours avec un professeur diplômé d’Arhanta) et les autres qui n’en sont pas surs.

Évidemment, nous pensons que c’est possible. Sinon, nous n’offririons pas des formations de 4 semaines de professeur de yoga. Et pour aller plus loin, nous pensons même que l’expérience d’apprentissage est améliorée par le caractère intensif de la formation et l’immersion totale. Nous ne pensons donc pas seulement que c’est possible, mais que dans la plupart des cas, c’est même mieux.

Afin d’aider les futurs professeurs de yoga sur leur parcours pour trouver quelle formation de professeur de yoga choisir, nous avons compilé les quatre doutes les plus exprimés à propos des formations intensives de professeur de yoga. Donc, en jouant à l’avocat du diable, parlons des raisons les plus souvent invoquées pour dire qu’il n’est pas possible de devenir professeur de yoga certifié 200h en quatre semaines :

4 raisons pour lesquelles il n’est pas possible de devenir professeur de yoga certifié en quatre semaines

1. Le yoga est le chemin de toute une vie, à quel moment peut-on devenir professeur compétent d’une telle science ?

C’est un bon point et nous sommes entièrement d’accord, si nous nous référons au yoga comme une science complète incluant la vaste philosophie sous-jacente et les pratiques expansives tels que les yamas et niayamas, pranayama, dharana et dhyana, pour en nommer quelques unes.

Vous voulez en savoir plus à propos de la philosophie sous-jacente ? À lire : Les huit branches du Raja Yoga & Les sept stades de la connaissance

En effet, pour comprendre complètement, intégrer et être capable d’enseigner ces principes, une formation de professeur de yoga de 200 heures n’est pas suffisante. Cependant, le terme « yoga » est plus largement utilisé pour parler de « la pratique des postures de yoga (asanas) ». Quand nous parlons d’un professeur qualifié et compétent de yoga, nous parlons en fait d’un professeur qualifié et compétent d’asanas.

Il est important de garder cette distinction en tête. Cela ne veut pas dire qu’en tant que professeur d’asanas, vous n’enseignerez que les aspects physiques, comme si le yoga n’était qu’une autre façon de faire du sport.

Si vous vous sentez prêt (et que vos élèves le sont aussi), vous pouvez transmettre pendant vos cours quelques concepts sous-jacents du yoga.

Les subtilités de la pratique du yoga (et de son enseignement) ne se révèlent qu’à travers la pratique elle-même. De ce fait, le processus le plus important de votre développement en tant que professeur de yoga ne s’enclenchera qu’une fois que vous aurez commencé à enseigner. Plus vous attendez avant d’enseigner, plus vous passez à côté de ces précieux enseignements. Dans notre formation de professeur de yoga de 4 semaines en résidentiel, nos étudiants commencent à s’enseigner mutuellement dès le premier jour. À la fin des quatre semaines, ils se sentent préparés et confiants pour commencer à donner des cours de yoga. À ce moment-là, ils sont plus prêts qu’ils ne le seront jamais plus. Nous les encourageons à enseigner immédiatement, peut-être en commençant d’abord avec des amis ou des cours gratuits pour gagner encore plus de confiance, mais ne tardez pas ! Chaque jour sans enseigner est une perte de compétence durement acquise.

Mais n’êtes-vous pas plus prêt après avoir étudié le yoga pendant longtemps, plutôt qu’après juste un mois ?

Selon notre expérience : pas nécessairement.

Nous proposions des formations de professeur de yoga étalées sur de plus longues périodes. Au début, nous faisions ça aux Pays-Bas, avant d’ouvrir l’Ashram d’Arhanta Yoga Pays-Bas. Notre décision d’ouvrir un ashram en Europe, à côté de celui en Inde, a été renforcée par notre expérience acquise lors de ces formations. Nous avons vu une telle différence de résultats entre les groupes de notre formation intensive en immersion dans notre ashram en Inde et ceux de notre formation longue aux Pays-Bas. Les groupes en Inde réussissaient 20-25% mieux les examens et décrivaient leur expérience comme leur ayant ouvert les yeux et changé leur vie bien plus que les groupes aux Pays-Bas.

La raison principale semble être l’intensité et l’environnement sans distractions dans lequel ils sont immergés pendant leurs 4 semaines de formation de professeur de yoga en résidentiel.

Les étudiants qui suivaient la formation longue durée devaient en même temps gérer leur vie quotidienne : Famille et responsabilités ménagères, travail et vie sociale. Nous avons passé bien plus de temps à répéter et rabâcher avec eux qu’avec les groupes en résidentiel. Et évidemment, le temps que nous avons passé à répéter et rabâcher n’a pas pu être utilisé pour de nouvelles ou de plus profondes informations et pratiques… De ce fait, nous pensons que dans la plupart des cas, la formation intensive est effectivement plus efficace. Attention, dans la plupart, pas dans tous.

En savoir plus : Comment choisir la meilleure formation de professeur de yoga pour VOUS

2. Il n’est pas possible d’acquérir toutes les compétences nécessaires pour enseigner le yoga en toute sécurité en 4 semaines

Beaucoup de personnes pensent qu’il n’est tout simplement pas possible d’acquérir les compétences nécessaires pour enseigner le yoga en toute sécurité et avec confiance en soi en quatre semaines. Et à nouveau, dans beaucoup de cas, nous sommes d’accord, car cela dépend vraiment du système, de l’efficacité et de la discipline de la formation. Si vous pouvez acquérir une compétence en peu de temps ou non dépend bien plus de ce que vous en faites. Tout dépend vraiment de ce que vous faites, pas de combien de temps cela vous prend pour le faire.

Laissez moi illustrer cela avec une histoire vraie :

Beaucoup d’adultes conduisent et ont un permis de conduire valide. Pendant notre premier cours de conduite, la plupart d’entre nous ne sait même pas quelle pédale correspond au frein et laquelle correspond à l’accélérateur. Mais après 20 – 30 cours, le moniteur de conduite nous considère prêts à passer l’examen. Après avoir réussi l’examen pratique, nous sommes « lâchés » dans le monde et nous pouvons conduire à toute vitesse sur l’autoroute, dans les grandes villes et avec une circulation compliquée. Comment cela se peut-il ?

La réponse est simple : Il existe un système efficace testé et prouvé que la plupart des moniteurs de conduite suivent.

Quand je suis venu vivre aux Pays-Bas en 2007, j’ai décidé d’obtenir un permis de conduire européen, même si je conduisais déjà depuis 10 ans en Inde (dans les rues de New Delhi). Mon premier moniteur de conduite était un homme agréable qui n’arrêtait pas de me parler de films Bollywood et de cuisine indienne. Mon cours de conduite était généralement programmé à 14h, un moment avec peu de circulation, et nous prenions toujours le même itinéraire. Après 25 heures de conduite, mon moniteur m’a inscrit à l’examen pratique, auquel j’ai échoué lamentablement. J’avais été exposé à des situations que je n’avais jamais rencontrées et je me suis senti pas du tout préparé. J’ai donc pris 5 autres cours de conduite avec le même moniteur puis suis allé à l’examen à nouveau. Devinez quoi ? J’ai encore échoué ! Après avoir échoué pour la deuxième fois mon permis de conduire, j’ai commencé à chercher d’autres moniteurs de conduite puis j’ai trouvé une liste de toutes les écoles de conduite de ma région. Elles étaient rangées en fonction du taux de réussite au permis de conduire. Mon moniteur était le dernier… Il était sympathique, sociable et demandait un prix raisonnable pour ses cours, mais ses élèves avaient le plus haut taux d’échec.

J’ai donc décidé de changer de moniteur et ai appelé celui en tête de liste, celui avec le plus haut taux de réussite. J’ai pris un rendez-vous pour un cours d’essai gratuit. Il n’était pas très gentil, m’a dit qu’il n’offrait pas de cours gratuit et prenait 30% plus cher que mon ancien moniteur. Mais, à ce moment-là, je voulais désespérément avoir mon permis et j’ai donc accepté.

Pendant ses cours de conduite, mon moniteur ne me parlait uniquement quand il s’agissait de la conduite. Il n’était pas complètement contre l’idée de discuter un peu mais se concentrait sur les compétences dont j’allais avoir besoin pour conduire prudemment et réussir l’examen. Pendant les 5 cours que j’ai pris avec lui, il m’a exposé à beaucoup de situations stressantes, et pendant les heures de pointe. Il a vu mes faiblesses et m’a mis dans des situations dans lesquelles j’ai pu affiner mes compétences théoriques et pratiques. Je dois avouer que ces moments passés avec lui n’étaient pas vraiment agréables, mais cette fois-là, j’ai réussi l’examen sans problèmes.

Cette expérience m’a appris une leçon précieuse et m’a aidé à affiner ma vision de l’enseignement. Nous appliquons cette vision de l’enseignement concentrée et orientée vers la pratique dans nos formations intensives de professeur de yoga et nous voyons d’impressionnantes transformations chaque jour.

Nos étudiants commencent à pratiquer l’enseignement du yoga les uns sur les autres dès le premier jour. Nous proposons un module quotidien de 3 heures pour pratiquer « Comment enseigner », dans lequel nous mettons nos élèves au défi avec de nouveaux élèves, partenaires, situations et des informations toujours plus pertinentes. Nous concentrons beaucoup de temps, d’énergie et d’effort pour apporter à nos étudiants les compétences nécessaires dont ils auront besoin en tant que professeurs de yoga. Ceci est notre objectif principal tout au long de la formation. Grâce à ça, nos étudiants se sentent prêts à enseigner en terminant et beaucoup d’entre eux ont déjà une merveilleuse carrière.

Tout dépend vraiment de ce que vous faites à l’intérieur du programme de 200 heures, tout dépend de la structure, du système et de la discipline ! Combien de temps cela vous prend pour valider ce programme n’informe pas sur la qualité.

En savoir plus : À quoi s’attendre dans un ashram

3. Un professeur de yoga est évolué spirituellement – pour atteindre un tel niveau, cela prend des années

Ceci est une déclaration qui me pose personnellement problème. C’est un argument/point de vue fréquemment donné par les professeurs qui proposent des formations long terme. Le message que cache cette déclaration est le suivant : « Ce n’est qu’après avoir atteint un certain niveau spirituel, après avoir connu une certaine évolution que l’on est autorisé à enseigner le yoga. En tant qu’école / formateurs, nous allons évaluer à quel stade vous êtes à un moment donné, nous allons déterminer votre développement et votre niveau de spiritualité à la fin de la formation. »

Alors que : Qui peut réellement prétendre pouvoir évaluer le niveau spirituel de quelqu’un ? Qui peut véritablement prétendre être capable de juger le niveau spirituel de quelqu’un ?

En grandissant en Inde, j’ai vu la dévotion aveugle de gens ordinaires envers des prêtres, des saints et des gourous. La religion et la spiritualité sont les piliers de la culture indienne et ces leaders « spirituels » ont un immense pouvoir sur leurs fidèles. Exactement autant que j’ai vu de la dévotion, j’ai vu les abus de ce pouvoir. Un exemple populaire est ce Baba qui a rassemblé des millions d’adeptes, qui a construit un immense temple et ashram pour lui-même et a probablement « gagné » des dizaines de millions en dons. Il a utilisé son argent pour produire des films Bollywood sur sa propre grandeur. Il a été inculpé pour meurtre mais les charges ont été abandonnées. Et en 2017, il a été condamné à 20 ans de prison pour plusieurs viols et meurtres. Le plus effarant est qu’il a toujours des millions de disciples.

Oui, cela est véridique : https://www.dw.com/en/self-styled-indian-guru-ram-rahim-singh-jailed-20-years-for-rape/a-40262536

Ceci est un exemple extrême bien sûr. Malheureusement, j’ai vu plus d’utilisation abusive du pouvoir « spirituel » que positive. De ce fait, j’ai cette croyance profondément ancrée qu’une personne s’auto-prétendant gourou ou saint ne l’est en fait pas du tout. Nous avons un dicton populaire en Inde : « Un sadhu (moine) en ville est en réalité un homme d’affaires. »

Je suis devenu prudent avec l’idée de s’auto-prétendre plus évolué spirituellement que quelqu’un d’autre, et donc celle de pouvoir évaluer l’évolution spirituelle des autres. Je ne dis pas qu’il n’existe pas de réelles âmes pures (sadhus), mais que vous ne les verrez pas en ville faire des affaires. Notre approche avec nos étudiants est simple : Ils ont le nombre 10 collé sur le front. Un 10 sur 10 ! Pas littéralement, mais voilà comment nous les voyons. Nous pensons que chaque personne détient une richesse intérieure et que tout le monde peut devenir ce qu’il veut s’il est prêt à travailler dur – Tout le monde est un 10 ! Tout le monde peut grandir et dépasser des obstacles et c’est notre rôle en tant que formateur de les soutenir tout au long de leur chemin. Notre rôle n’est pas, et ne peut pas être, de juger et de les évaluer sur leur évolution spirituelle. De ce fait, oui, être un professeur de yoga engendre des responsabilités et nécessite de la maturité et le souhait de servir les autres. Mais non, vous n’avez pas besoin de nombreuses années pour ça. Enseigner va être votre meilleur enseignement et vos élèves seront aussi vos meilleurs enseignants.

4. Vous devez être une inspiration pour vos élèves et donc, maîtriser la majorité des postures

David Swenson, l’un des professeurs les plus populaires d’Ashtanga Vinyasa de nos jours, a encouragé des dizaines de milliers de personnes à pratiquer le yoga. Sa pratique du yoga est inspirante, et à 62 ans, il fait de l’ombre à de nombreux jeunes pratiquants. C’est un exemple extraordinaire de discipline, de compétence, de passion et il est l’un des professeurs les plus inspirants que j’ai rencontrés. Même s’il est mondialement connu, il est humble et a vraiment les pieds sur terre. En tant qu’auteur du bestseller Ashtanga Yoga: The Practice Manual (Ashtanga Yoga : Le manuel pratique), David a été le premier yogi d’Ashtanga à rendre la pratique physiquement difficile (certains disent exténuante) des premières séries accessible à tous pratiquants de yoga porteurs de divers handicaps, en proposant des variations et des modifications. Une de ses plus remarquables déclarations porte sur la raison pour laquelle pratiquer le yoga. Durant ses formations de professeur de yoga, il demande au groupe quel est le but de pratiquer puisque les étudiants sont souvent frustrés (parfois temporairement) de ne pas réussir à faire une certaine posture ou transition.

Il demande si nous faisons du yoga pour devenir une machine à postures de yoga, ou si le but de notre pratique est d’être capable de faire toutes les postures. Non, dans son opinion (et dans la mienne), ceci est bien loin d’être le but du yoga. Si nous nous reposons sur ces idées, nous deviendrons trop égocentriques et tournés vers nous-mêmes ; enseigner le yoga sera alors toujours à propos de nous. Et si nous n’atteignons pas ce but en ne maîtrisant pas toutes les postures, nous abandonnerons l’idée d’enseigner. Selon David, la pratique des postures de yoga (et la pratique de les enseigner) devrait nous aider à mieux connaître les gens, pour nous-mêmes et pour le monde.

Vous n’avez pas besoin d’être un super exécutant de postures !

Beaucoup de gens ont peur de commencer à enseigner parce qu’ils pensent que leur propre pratique n’est pas assez bonne. Même si c’est dur à croire : Tout le monde a des limites au niveau corporel. Certaines personnes sont très souples mais manquent de force, d’autres ont les deux mais manquent d’équilibre et de concentration. Tous les professeurs de yoga ont des difficultés avec certaines postures.

Être un pratiquant de yoga avancé ne vous rend pas professeur avancé. Il y a une énorme différence entre savoir quelque chose et être capable de l’expliquer et de l’enseigner à des élèves. Oui, les bons professeurs inspirent leurs élèves. Mais souvenez-vous que la qualité dont se souviennent les élèves est la capacité à prendre soin d’eux. Les gens n’admirent pas un spectacle, mais ils sont inspirés par la passion d’enseigner et un réel intérêt !

Alors, est-il possible de devenir un professeur de yoga certifié 200 heures en quatre semaines ?

Finalement, pour répondre à cette question, vous devez aussi considérer votre situation personnelle. Donc, même si nous sommes évidemment persuadés par notre système intensif d’enseignement, nous vous invitons à chercher votre propre réponse. J’espère vraiment avoir pu vous aider à éclaircir certains points et vous inspirer.  Avant tout, j’aimerais vous encourager à vous engager sur le chemin de l’enseignement du yoga si c’est ce que votre cœur vous dicte car j’ai personnellement grandi le plus grâce à ma passion et ma responsabilité d’enseignant.

« Si vous voulez apprendre quelque chose, lisez le – si vous voulez comprendre quelque chose, écrivez le – si vous voulez maîtriser quelque chose, enseignez-le. » (Yogi Bhajan)

À lire aussi : La différence entre une formation de 200, 300 et 500 heures & La différence entre une formation de 50, 100 et 200 heures.

À propos de l’auteur

Ram Jain (E-RYT 500) est le fondateur des ashrams Arhanta Yoga et le formateur principal des différentes formations de professeur de yoga que proposent les ashrams Arhanta Yoga en Europe et en Inde.

Il enseigne les formations professionnelles de 4 semaines de professeur de yoga, le Yin Yoga, la philosophie, l’anatomie et la physiologie, ainsi que les postures avancées en Inde et aux Pays-Bas. Ram a commencé à enseigner en 1998 et a formé plus de 3000 professeurs de yoga au niveau international.

Would you like to get more useful articles and news delivered to your email inbox?

Our E-books

Subscribe to our mailing list and receive 5 free e-books



Posted in blog.