Yoga et épilepsie – Ce qu’un professeur de yoga devrait savoir

Yoga et épilepsie - Ce qu'un professeur de yoga devrait savoir

L’épilepsie fait partie des cinq troubles neurologiques les plus courants à l’échelle mondiale. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’au moins 50 millions de personnes vivent avec l’épilepsie. Il s’agit d’une affection caractérisée par des crises incontrôlées, qui peuvent se répéter sans raison apparente.

L’épilepsie est un trouble neurologique qui affecte le système nerveux central. En d’autres termes, c’est un trouble du système électrique du cerveau.

Une crise est comme une tempête électrique dans le cerveau. Pendant cette tempête électrique anormale, la partie impliquée du cerveau ne peut pas effectuer la tâche normale. Les gens subissent une altération soudaine des mouvements, des sensations, de la conscience ou du comportement.

L’effet extérieur peut être aussi dramatique qu’un mouvement de raclée sauvage ou aussi léger qu’une brève perte de conscience.

Causes et traitement de l’épilepsie

Même s’il s’agit d’un trouble courant et de nombreuses recherches sur le sujet, on sait très peu de choses sur l’épilepsie. Les causes de l’épilepsie ne sont pas encore entièrement comprises.

Cependant, dans la majorité des cas, la cause de la maladie n’est pas reconnue.

On estime qu’environ 70% des personnes atteintes d’épilepsie peuvent vivre près de la vie normale à l’aide de médicaments. Cependant, 30% souffrent et ne peuvent pas vivre une vie épanouie. De plus, de nombreux stigmates sociaux sont liés à la maladie. Cela signifie que les personnes vivant avec l’épilepsie peuvent vivre un isolement social.

Les professionnels de la santé recommandent l’exercice comme traitement complémentaire de l’épilepsie, car ils reconnaissent le fait que l’ exercice améliore la forme physique, l’énergie, l’humeur et soulage le stress.

L’amélioration de la santé et du bien-être en général de cette manière peut aider à réduire les crises et l’impact de l’épilepsie pour certaines personnes. Cela peut aussi aider les gens à se sentir plus en contrôle de leur santé.

Comment le yoga peut-il aider ?

La pratique du yoga a fait ses preuves pour ses bienfaits durables pour la santé. Le yoga ne concerne pas seulement certains mouvements physiques ; les asanas (postures de yoga) et les exercices de respiration yogique ont un grand impact sur le fonctionnement du système nerveux. La respiration contrôlée, la méditation et les postures de yoga douces aident à réduire le stress [2], un déclencheur bien connu des crises d’épilepsie.

Un Hatha Yoga bien équilibré ou une pratique de Yin Yoga peuvent calmer le système nerveux, ce qui peut réduire les chances d’entrer dans une crise et pourrait même aider à arrêter la crise avant qu’elle ne devienne réelle. [3]

Fait intéressant, si les postures de yoga, les exercices de respiration et la méditation sont pratiqués régulièrement et suffisamment longtemps, ils peuvent entraîner des changements permanents dans le cerveau. [4] Par conséquent, le yoga pourrait avoir un effet très positif, en tant que traitement supplémentaire avec des médicaments. Et il y a une chance que, après une pratique prolongée, des changements positifs se produisent dans le corps et le cerveau. Ces changements peuvent aider à prévenir les crises et à augmenter la durée des périodes sans crise.

Un étudiant en yoga souffrant d’épilepsie – Ce que vous devez savoir

Les crises peuvent survenir à tout moment et sans raison apparente. Par conséquent, en tant que professeur de yoga, vous devez être informé si un élève souffre d’épilepsie. La plupart des gens partageront ce type d’informations avec vous, mais pour être prudent, pensez à demander à tous les nouveaux étudiants de remplir un formulaire d’admission de base. Dans ce formulaire, vous demandez toutes les blessures, conditions et autres problèmes qui pourraient influencer leur pratique du yoga. Il est également recommandé d’indiquer clairement que les étudiants assument l’entière responsabilité de leur propre santé et bien-être.

1. Connaître les premiers secours

Si un élève vous informe de son épilepsie, assurez-vous de vous informer clairement de la façon dont la maladie se manifeste pour l’élève et de ce que vous devez faire si votre élève fait une crise pendant le cours.

2. Demandez d’éventuels déclencheurs de crises et veillez à les éviter

Les déclencheurs de saisie varient considérablement. Ils peuvent être liés au stress d’un nouvel environnement, à la stimulation sensorielle comme des lumières vives, à une glycémie basse juste avant l’heure du déjeuner, à un sommeil insuffisant la nuit précédente ou au cycle menstruel. Rien n’indique que certaines postures ou exercices cardiovasculaires déclenchent des crises. La plupart des patients épileptiques sont conscients de certains déclencheurs qui provoquent des crises. Demandez donc à votre élève s’il est probable que certains déclencheurs se produisent pendant le cours, quels sont ces déclencheurs et comment vous pouvez aider à les éviter.

3. Ne les traitez pas avec des gants pour enfants

Il n’est pas nécessaire de traiter vos élèves souffrant d’épilepsie avec une grande délicatesse et de ne pas leur permettre de participer activement à la classe.

Il est important de se rappeler qu’il est très peu probable que certains exercices et tensions physiques provoquent une crise.

En fait, une étude réalisée en Norvège sur des femmes atteintes d’épilepsie non contrôlée a montré que des séances régulières d’exercice aérobie (par exemple, course, marche, natation, vélo) pendant 60 minutes, deux fois par semaine, pendant 15 semaines ont entraîné une réduction significative du nombre des saisies qu’ils ont eues. [1]

La composante exercice du yoga est donc très utile et n’est que très rarement un déclencheur de crises. Pour rester prudent, assurez-vous que l’élève ne fait pas trop d’efforts. De manière générale, les élèves épileptiques peuvent faire tous les exercices de respiration, les salutations au soleil et la plupart des postures de yoga .

4. Évitez les situations où votre élève peut tomber d’une pose

Le plus grand risque pour les étudiants en yoga atteints d’épilepsie est de tomber d’une pose lors d’une crise inattendue.

Par conséquent, en tant qu’enseignant, vous devez donner des variations aux postures qui pourraient causer des blessures si ils tombent ou rester avec l’élève pendant toute la prise de la pose. Les postures qui poseraient un tel risque sont le poirier et le poirier sur épaule par exemple.

5. Encouragez-les et motivez-les

En gardant à l’esprit toutes les précautions mentionnées ci-dessus, si un élève se sent motivé à pratiquer des asanas difficiles tels que les inversions et les équilibres et a une bonne reconnaissance précoce des crises gênantes – envisagez de les encourager à essayer avec vous debout à proximité. En même temps, bien sûr, avertissez-les de rester conscients de ce qu’ils font, de ce qu’ils ressentent et demandez-leur d’arrêter immédiatement s’ils sentent que quelque chose ne va pas (comme ils le font déjà dans toute autre situation).

8 exercices et poses de yoga apaisants et rajeunissants pour l’épilepsie

Les 8 exercices et postures de yoga suivants sont bénéfiques pour calmer le système nerveux et sont donc utiles pour faire face aux séquelles d’une crise. Comme mentionné ci-dessus, avec une pratique régulière, certains patients épileptiques peuvent même subir une réduction des crises.

Anulom Vilom - Yoga et épilepsie Anulom Vilom | Respiration alternée des narines

Au départ, nous recommandons de pratiquer cet exercice de respiration sans rétention. Donc, en inspirant 4 fois par la narine gauche puis en expirant immédiatement 8 fois par la narine droite. Pour terminer un tour, inspirez à nouveau par la narine droite pendant 4 fois et expirez par la narine gauche 8 fois. Une fois que cela vous semble confortable, vous pouvez ajouter une rétention de 8 points après l’inhalation (et avant l’expiration).

Childspose - Yoga et épilepsie Shashankasana (Balasana) | Pose de l’enfant

Tout en posant le front sur le tapis et en laissant votre respiration devenir facile et confortable, vous entrez dans l’état de repos et de régénération de votre système nerveux. La douce pression du front contre le sol est très apaisante. Assurez-vous que votre front repose sur le tapis ou un traversin et que vos fesses reposent sur vos talons ou sur un coussin.

Salamba Sarvangasana | Support d’épaule soutenu (contre le mur)

Le flux sanguin légèrement augmenté vers la tête et la pression dans la région de la gorge, déclenchent un réflexe physique appelé baroréflexe. C’est l’un des nombreux déclencheurs que nous avons dans notre corps, qui nous font entrer dans l’état calme et détendu du système nerveux parasympathique. En raison de cet effet, le Shoulderstand est en fait une pose très relaxante. Afin de rendre cette pose plus accessible et plus sûre, nous suggérons de l’enseigner les pieds contre le mur pour les élèves épileptiques.

Courbure avant - Yoga et épilepsie Passchimottanasana | Flexion avant assis

La flexion en position assise (Paschimottanasana) est une excellente pose pour étirer tout l’arrière du corps et relâcher la tension dans le bas du dos et les hanches. Avant d’entrer dans la pose, assurez-vous que vous êtes assis bien haut sur vos os d’assise. Entrez dans la pose avec un dos droit et lorsque vous atteignez votre flexion maximale, laissez votre haut du dos arrondir et votre front reposer sur vos genoux (ou sur un support). Si vos ischio-jambiers sont serrés, pliez vos genoux et posez-les sur une couverture pliée avant d’entrer dans la pose comme décrit ci-dessus. Une fois que vous êtes dans la pose, essayez de vous détendre complètement tout en respirant le bas de votre ventre et le bas de votre dos.

Supta Eka Pada Kapotasana | Pigeon dormant pose

La posture du pigeon dormant allonge et libère la tension au plus profond de vos fesses (les fessiers et les piriformes) et les fléchisseurs de la hanche (quadriceps fémoral et psoas) tout en laissant de l’espace pour respirer dans le corps et vérifier comment vous vous sentez. Le psoas est considéré comme un entrepôt pour le stress et l’anxiété et l’étirer doucement peut aider les étudiants souffrant d’épilepsie à libérer les émotions et le stress stockés depuis longtemps.

Seal - Yoga et épilepsiePose du Phoque (Yin Yoga)

Le Phoque est une version adaptée de la Pose du Cobra étendu. En utilisant des coussins sous le ventre, cela devient une pose de Yin Yoga qui peut se tenir pendant 3 à 5 minutes. C’est une excellente pose pour masser la voûte sacro-lombaire et elle stimule l’ensemble de la colonne vertébrale et des organes abdominaux.

Squat yogique - Yoga et épilepsie Pose de guirlande | Malasana

La Pose de la guirlande, alias le Squat Yogique, est une pose dans laquelle vous devez trouver un équilibre entre l’activation et la relaxation. Pendant que vous poussez les talons dans le sol, en poussant vos coudes vers l’extérieur et en atteignant le haut de la tête, permettez à vos talons d’Achille de se détendre et à l’intérieur de vos cuisses et de vos mollets de s’allonger. Assurez-vous de garder vos talons au repos et, si nécessaire, soutenez-les sur un tapis plié ou un bloc.

Pose d'arbre - Yoga et épilepsie Vrkshasana | Pose de l’arbre

La Pose de l’Arbre est une pose immensément ancrante et apaisante, dans laquelle vous pouvez développer une concentration en un point et un esprit clair. Regardez un point légèrement au-dessus du niveau des yeux et à environ 2 mètres. Regardez le point avec un regard doux et si vous avez du mal à maintenir votre équilibre, dirigez votre respiration vers le point focal. Tenez la pose pendant au moins 1 minute de chaque côté.

Un exemple concret de yoga et d’épilepsie

une histoire vraie comment le yoga peut aider à réduire les crises d'épilepsie (par Yvon, diplômé de 200 heures en Arhanta Yoga)

J’ai reçu un diagnostic d’épilepsie dans la petite enfance. Une crise d’épilepsie est et a souvent été causée par des tensions ou des moments de stress. Je prends des médicaments tous les jours. J’ai une forme d’épilepsie qui s’exprime dans les crises dites tonico-cloniques. [5] Lors d’une telle crise, je m’évanouis habituellement, tout mon corps fait des mouvements choquants et je perds souvent de l’urine. Les crises surviennent lorsque je suis au repos, pas lorsque je fais du sport, de la danse et d’autres choses actives.

Je vis une vie très active et travaille dans l’industrie du sport et du fitness. Je vis en fait une vie normale sans beaucoup d’ajustements. Mais même avec des médicaments, je ressens régulièrement des crises d’épilepsie.

Depuis que je pratique le yoga, je peux contrôler beaucoup plus les moments excitants et le stress dans ma vie. Depuis que je suis professeur de yoga certifié, j’ai pu calmer de nombreux moments d’activité dans mon cerveau et prévenir les crises d’épilepsie.

Je sens que mon cerveau crée de l’activité lorsque je suis fatigué, lorsque je subis du stress ou que je me sens émotionnelle. Dès que je ressens cela, je commence souvent immédiatement avec l’exercice de respiration Anulom Vilom. Cet exercice de respiration est mon numéro 1 à suivre pour calmer mon système nerveux et je le poursuis avec Shavasana (Pose du Cadavre).

Chaque jour, je pratique presque tous les asanas que je veux faire, sans aucun problème. Poirier et autres inversions, ces asanas ne me posent aucun problème. L’équilibre est la clé. Si je suis fatigué ou surexcité, je prends soin de moi en faisant une sieste énergisante. Une nourriture saine et nourrissante est également très importante pour moi. Mais je pense que c’est important pour tout le monde. Je m’assure également de prendre suffisamment de temps pour charger ma propre batterie.

De nos jours, lorsque je suis stressé ou surexcité, mon petit ami m’encourage à faire mes exercices de respiration et de méditation. Il a vu l’immense différence dans ma vie que le yoga a apportée. Parce que mon expérience personnelle, je peux dire sans réserve que «Oui ! Le yoga peut certainement aider l’épilepsie ! – par Yvon Tilmans, @yogi_on_a_journey

Ressources

[1] https://www.epilepsysociety.org.uk/exercise-and-epilepsy

[2] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22365651

[3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3200033/

[4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6023989/

[5] https://www.epilepsy.com/learn/types-seizures/tonic-clonic-seizures

A propos de l’auteur

Ram-Online-Yin-Yoga-Teacher Ram Jain (E-RYT 500) est le fondateur et directeur des Arhanta Yoga Ashrams Inde et Pays-Bas.

Il enseigne des formations professionnelles de professeur de yoga en Inde et aux Pays-Bas. Depuis 2019, il a formé plus de 4000 professeurs de yoga.

Subscribe now to receive our series of short e-books

Our E-books

Subscribe to our mailing list and receive a series of short e-books

Posted in Uncategorized.